bannier 01

s3 20170326Au cours de la 15e et 16e journée de championnat se jouaient pour nous deux match important, qui décideraient de l'objectif de fin saison.

Trappes, seconds, a le titre en ligne de mire depuis le début de saison, et va devoir assumer ce statut lors de notre visite. Versailles, quant à eux visent la montée, cependant, c'est bien nous qui sommes 3èmes pour le moment; et il leur faudra nous y déloger s'ils souhaitent monter plus haut dans le classement.

 

 

Trappes 33 / 32 Le Chesnay 3

 

 

Il y a de ça 15 jours, nous nous déplacions donc à Trappes pour un match au sommet. Après avoir encouragé les -15B présents également ce jour-là, nous nous préparons à une partie tendue et à l'atmosphère d'ores et déjà pesante. Les tribunes sont garnies, et les supporters déjà échauffés par la rencontre -15.

Sur le banc, Mathieu J. est présent pour filer un coup de main à Didier, alors que sur le terrain, c'est Guillaume S. qui une fois de plus viens nous prêter main forte. Ne reste plus qu'à lancer les hostilités. Le coup de sifflet retentit et sans tergiversation, nous leur rentrons dedans dès le début. Guillaume ouvre la voie au bout de 30 sec, suivis par Arnaud et Gaël. Fort de notre défense agressive, nous menons 3-0 au bout des cinq premières minutes de jeu.

Les Trappistes vont alors ajuster leur jeu, et lancer leurs artilleurs. Pas aidé, Anthony ne pourra rien face à leur retour (6-6, 15'47"). Les cartons jaunes continus de pleuvoir et nous nous délions défensivement. Ajoutons à cela des pertes de balles sur ces précieuses phases offensives et c'est un 5-0 que nous encaissons en l'espace de 4min30" (9-6, 18').

 

Par la suite, un 2min de part et d'autre viendront niveler l'écart à 2 unités: Score à la mi-temps 15-13 pour les locaux. Nous nous faisons alors remonter les bretelles. Il nous faut nous ressaisir en attaque et nous soutenir d'avantage en défense. En effet, nous manquons trop de shoots et laissons notre gardien se faire allumer secteur central par les arrières Trappistes.

 

Cela ne se ressentira pourtant pas tout de suite, l'écart se creuse: +4 (18-14, 33'). Fort heureusement, nous avons pris pour habitude de mieux jouer à 5 sur le terrain cette saison, et nous allons être servis: Gaël sanctionné, nous nous démenons en défense et récupérons des ballons: 3 contre-attaques pour 2 buts et une sortie du gardien adverse non contrôlée et donc sanctionné par un rouge et un penalty transformé par Gaël de retour sur le terrain. Encore un but de Romain et nous revoilà à égalité (22-22, 43'52").

Les 2min continuent de pleuvoir, un à un, prolongeant ce jeu particulier qui nous sied pour le moment, mais nous privant de notre arrière droit de métier. Au total, ce seront six et quatre 2min qui seront distribués respectivement à nous et nos adversaires. Jusqu'ici la rencontre reste indécise (26-25, 50'14").

Pourtant, à notre cinquième 2min consécutif, s'en est trop, les efforts commencent à se faire ressentir. Leur artilleur en chef, tenu en laisse durant les 15 minutes précédentes par notre système défensif, se trouve alors relâché et nous subissons un 3-0 cinglant (29-25, 53').

 

Le match nous échappe. Le chrono défile mais l'écart ne faiblit pas. Nous marquons à trois reprises mais nos adversaires nous répondent de la même manière (32-28, 58'24"). Temps mort posé par les soins de nos coachs. "4 buts c'est beaucoup, mais pas impossible au Handball. Il nous est déjà arrivé d'arracher un nul dans les dernières secondes, à Rambouillet notamment. Il faut tout donner jusqu'au bout, pour n'avoir aucun regrets.

" Gonflés à bloc, nous avons 1min36" pour réaliser l'exploit: Il nous faudra seulement 7sec et 2 passes pour trouver la solution et marquer le premier. Puis nous défendons du mieux possible, pour ne pas prolonger la possession du ballon par les Locaux, tout en évitant de laisser un tir facile à nos adversaires. Le ballon arrive à l'aile, et atteint nos filets.

Mais pas question d'abdiquer, nous jouons l'engagement rapide, et le ballon se retrouve déjà dans les mains de notre pivot: But. (33-30, 59'). Les Trappistes tentent d'en faire de même mais le repli effectué, le ballon nous revient dans les mains. C'est alors Tony lui-même qui va venir monter la balle, puis deux fixation plus tard, Romain convertit l'occasion en but.

 

Temps mort des locaux, qui sont complètement sortis du match. Restent alors 45sec à jouer et deux unités à combler: Nous mettons la pression sur les arrières pour forcer un tir de l'aile. Nos adversaires tombent dans le piège et leur ailier se retrouve seul face à Tony, qui le bâche violemment. Il n'en oublie pas pour autant la relance rapide, trouve Romain, qui fixe et libère pour Théo qui marque à son tour (33-32, 59'40").

Chacun sur son joueur, nous n'autorisons aucune passe au porteur de balle qui, face à Guillaume perd ses moyens et commet une faute de main. Cependant il ne pose pas le ballon au sol et gratte des secondes, puis jette le ballon un peu plus loin. Tony, vigilent permet à Guillaume de jouer la faute dans le laps de temps le plus court possible. Un 3 contre 3 final est engagé, et se finit pour Arnaud, sur l'aile gauche. Attrapé sur le côté par l'ultime défenseur, à hauteur des 6m, il ne peut effectuer un vrai tir. La sirène retentit au moment où le ballon quitte mollement la main d'Arnaud désormais tenu en zone.

On ne connaitra pas la décision de l'arbitre tout de suite puisque le terrain est envahi. Il s'avérera que la sirène ait sonné avant le tir, ne permettant pas de tirer un éventuel jet de 9m final. Quoi qu'il en soit, ce n'était certainement pas un match facile à arbitrer: il est compréhensible que certains coups de sifflets soient difficiles à donner dans un contexte comme celui-ci. L'arbitre aura su mettre les sanctions pour contenir l'engagement et l'impact physique de ce genre de rencontre, et c'est bien l'essentiel si l'on veut que la rencontre se déroule dans de bonnes conditions.

 

Quant à l'issue du match, tant pis pour nous, il aurait fallu se réveillé plus tôt et réussir d'avantage de shoots, surtout une fois leur gardien en tribune. Pour ce qui est du championnat, ce match prouve que nous sommes à notre place: trop juste pour jouer le top2 mais suffisamment pour viser les accessits.

 

Le Chesnay3 30 / 24 Versailles2

 

C'est d'ailleurs tout l'enjeu du Derby qui s'annonçait ensuite ce samedi. En plus du contexte géographique et historique qui lie nos deux club, s'immisçait la dimension sportive avec pour enjeu la maîtrise de la 3ème place du championnat.

 

Pour ce faire, mobilisation générale: rappel du vétéran Mathieu, des blessés de guerre Jeremy et Yoan LD. le tout soutenu par Clément venu tout droit du régiment de la 2. Et quoi de mieux pour lancer les hostilités qu'une cavalcade. 5-0 d'entrée en notre faveur, obligeant les Versaillais à poser un temps mort et à revoir leurs plans.

 

Malheureusement pour nous, ils l'utilisent à merveille et nous rendent la pareille, revenant à une petite unité (6-5, 8'57"). Jeremy tente alors de montrer la voie en marquant à 2 reprises, mais subissant défensivement nous concédons également 2 penalties et voyons les Versaillais nous passer devant (8-9, 15'44").

Au tour de l'arme-X de faire son entrée, ni une ni deux, pour son premier ballon, Mathieu emporte tout sur son passage et transperce les filets. Clément lui emboite le pas et nous repassons devant au tableau d'affichage (11-10, 18'38"). Le premier 2min sort alors à notre encontre. Cependant, solidaires, nous ne subissons pas pour autant, bien aidé, il faut le dire, par Tony, qui tranquillement se chauffe et sort les bonnes parades.

 

Mathieu continu ses ravages, mais nous ne parvenons pas à nous détacher. Score de parité à la mi-temps: 15-15 Sur une lancée correcte, il nous faudra tout de fois ajuster nos tirs, et se reprendre en défense si nous souhaitons prendre le match à notre compte et nous éviter une 3ème fin de match étriquée consécutive.

 

Rechargé durant la pause l'arme-X frappe d'entrée. Puis chacun y trouvera son compte: un coup le pivot, un coup l'ailier, puis à nouveau les arrières. Cependant, les Versaillais aussi convertissent leurs possessions et nous ne profiterons pas non plus de notre supériorité numérique (20-19, 41'). Voici le moment venu pour Tony d'interdire l'accès à nos cages et ainsi pour nous celui de prendre le large (26-21, 48').

 

On entend alors plus les tambours Versaillais, sans doute muets pour laisser leur coatch donner ses instructions, jouant ses dernières billes. Vient alors le temps des 2min, sanctionnant tour à tour ceux qui s'emportent contre l'arbitrage ou encore leur adversaire direct. Quoi qu'il en soit, ce genre de passage se montre encore une fois à notre avantage. Le temps s'écoule doucement, éteignant peu à peu les dernières braises de résurrection Versaillaise.

Ainsi, le Capitaine viendra symboliquement sceller le sort de ce derby d'un ultime but. Score final: 30-24

A l'image de notre saison désormais bien avancée : notre gardien du jour aura su sortir les bonnes parades au bon moment; nous nous soutenons tous, en toute circonstances nous maintenant ainsi tous dans le match ; notre profondeur de banc nous permet à chaque rencontre, quel que soit les joueurs alignés de tout donner, chacun remplissant sa part du contrat et pouvant gouter à la joie du but une fois son tour venu ; et en plus nous pouvons toujours compter sur nos artilleurs favoris, Romain prolifique sur son aile droite, Mathieu et sa percussion légendaire, ou encore Gaël et son bras gauche qui, lorsqu'il est bien réglé, fait des ravages.

 

Quoiqu'il en soit, il nous reste 6 rencontres d'ici la fin du championnat et il ne nous faudra rien lâcher si nous voulons valider notre 3ème place actuelle. Pour ce faire il ne faudra pas réitérer les faux pas commis lors de la phase aller à Guyancourt, Rambouillet ou encore face au Pecq. Guyancourt que nous recevrons d'ailleurs samedi 1er Avril à 18h.

Nous vous attendons nombreux pour nous soutenir en ouverture de la 1, pour cette rencontre qui, nous vous le promettons, ne sera pas une farce. Nous avons une revanche à prendre et le public de Nouvelle France derrière nous nous ferait le plus grand bien.

 

Benjamin S.

levestiaire ban